Patrimoine

Sainte Marie la Blanche il y a 20 ans

octobre 1988, dépose du clocher

Notre bulletin municipal a vingt ans.

De quelques pages sobres, il est passé à une

cinquantaine de pages avec de nombreuses

illustrations. Travail collégial de plusieurs

Conseillers Municipaux qui y consacrent

beaucoup de temps et de motivation, il se veut

être un véritable document de référence et de

mémoire des actions municipales.

Si l'on prend la peine de feuilleter

le numéro 1 de notre bulletin, nos souvenirs

se réveillent. Que se passait-il à Sainte-Marie-la-

Blanche en 1988?

La Municipalité, souhaitant déjà à cette

époque donner une belle image de son patrimoine

et l'entretenir, entreprit en octobre de restaurer

l'Eglise de l'Assomption du XIVème siècle. C'est

l'entreprise Roullot, de Corpeau, qui fut chargée

des travaux : dépose spectaculaire du clocher et

ravalement de la façade. Regardez bien cette

photo des Sanmaritains, petits et grands, qui

lèvent le nez devant ce spectacle grandiose du

clocher "qui vole".

Les reconnaissez-vous ?



Cette année là...

DSC03598.JPG

Cette année-là, la Municipalité acheta un
beau tracteur plus performant, et c'est "notre"
Louis qui eut l'honneur de le piloter. Vingt ans
après, le tracteur est toujours en service et Louis
le conduit encore… de temps en temps, pour les
grandes occasions ! Voilà un outil de
travail bien entretenu.


En 1988, Sainte-Marie-la-Blanche
comptait alors quatre classes, une maternelle dans
le préfabriqué, une classe élémentaire dans
l'actuelle école maternelle, rue de Lis (CP), une
autre à l'école rue de la Poste (CE) et une
dernière à la mairie (CM). A la fin de l'année
scolaire, le départ d'un grand nombre d'enfants
de CM2 signa la fermeture de la classe de la
mairie. Vingt ans après, les effectifs incitent la
mairie à demander l'ouverture d'une classe à
l'Inspecteur d'Académie. Les parents manifestent
à la rentrée. Deux milles neuf verra-t-elle une
nouvelle classe à Sainte-Marie-la-Blanche ?


Rappelons que c'est aussi la vingtième
année de la magnifique exposition du "costume
à travers les siècles", fruit du travail des enseignants,
parents et élèves. Pour ceux qui ne le
savent pas, apprenez que les petits Sanmaritains
ont assuré de nombreux défilés et sont même passés
sur FR3! Quelle belle reconnaissance de tous
ces efforts !


L'Association des Amis de l'Ecole avait
orchestré ce beau spectacle ; vingt ans après, elle
oeuvre toujours, c'est même notre plus vieille
association puisqu'elle a 60 ans.


A l'époque, il existait neuf associations sur
la Commune ; aujourd'hui, il y en a seize. Nous
avions six employés municipaux, nous en avons
maintenant onze. En 1988, il y avait eu sept
naissances, en 2008, huit. En 1988, neuf
nouvelles familles étaient arrivées, en 2008, dix.
La population se renouvelle donc d'une manière
équilibrée et harmonieuse au fil des ans.


En conclusion, notre bulletin était peu
épais, mais le village avait déjà une vie riche et
active. La Municipalité s'est efforcée, au fil de ses
différents mandats, de préserver cette qualité de
vie et cette énergie à bien évoluer. Maintenant, on
se contraint à un nombre de pages raisonnable
et c'est quelquefois juste : il se passe tant
d'évènements dans notre si agréable village !



Sainte Marie la Blanche il y a 20 ans

Les reconnaissez-vous ?

Notre bulletin municipal a vingt ans .


De quelques pages sobres, il est passé à une
cinquantaine de pages avec de nombreuses
illustrations. Travail collégial de plusieurs
Conseillers Municipaux qui y consacrent
beaucoup de temps et de motivation, il se veut
être un véritable document de référence et de
mémoire des actions municipales.


Si l'on prend la peine de feuilleter
le numéro 1 de notre bulletin, nos souvenirs
se réveillent. Que se passait-il à Sainte-Marie-la-
Blanche en 1988?


La Municipalité, souhaitant déjà à cette
époque donner une belle image de son patrimoine
et l'entretenir, entreprit en octobre de restaurer
l'Eglise de l'Assomption du XIVème siècle.
C'est
l'entreprise Roullot, de Corpeau, qui fut chargée
des travaux : dépose spectaculaire du clocher et
ravalement de la façade. Regardez bien cette
photo des Sanmaritains, petits et grands, qui
lèvent le nez devant ce spectacle grandiose du
clocher "qui vole".
Les reconnaissez-vous ?

Cette année-là, la Municipalité acheta un
beau tracteur plus performant, et c'est "notre"
Louis qui eut l'honneur de le piloter. Vingt ans
après, le tracteur est toujours en service et Louis
le conduit encore… de temps en temps, pour les
grandes occasions ! Voilà un outil de
travail bien entretenu.


En 1988, Sainte-Marie-la-Blanche
comptait alors quatre classes, une maternelle dans
le préfabriqué, une classe élémentaire dans
l'actuelle école maternelle, rue de Lis (CP), une
autre à l'école rue de la Poste (CE) et une
dernière à la mairie (CM). A la fin de l'année
scolaire, le départ d'un grand nombre d'enfants
de CM2 signa la fermeture de la classe de la
mairie.
Vingt ans après, les effectifs incitent la
mairie à demander l'ouverture d'une classe à
l'Inspecteur d'Académie. Les parents manifestent
à la rentrée. Deux milles neuf verra-t-elle une
nouvelle classe à Sainte-Marie-la-Blanche ?


Rappelons que c'est aussi la vingtième
année de la magnifique, exposition du "costume
à travers les siècles",
fruit du travail des enseignants,
parents et élèves. Pour ceux qui ne le
savent pas, apprenez que les petits Sanmaritains
ont assuré de nombreux défilés et sont même passés
sur FR3! Quelle belle reconnaissance de tous
ces efforts !


L'Association des Amis de l'Ecole avait
orchestré ce beau spectacle ; vingt ans après, elle
oeuvre toujours, c'est même notre plus vieille
association puisqu'elle a 60 ans.
A l'époque, il existait neuf associations sur
la Commune ; aujourd'hui, il y en a seize. Nous
avions six employés municipaux, nous en avons
maintenant onze. En 1988, il y avait eu sept
naissances, en 2008, huit. En 1988, neuf
nouvelles familles étaient arrivées, en 2008, dix.
La population se renouvelle donc d'une manière
équilibrée et harmonieuse au fil des ans.


En conclusion, notre bulletin était peu
épais, mais le village avait déjà une vie riche et
active. La Municipalité s'est efforcée, au fil de ses
différents mandats, de préserver cette qualité de
vie et cette énergie à bien évoluer. Maintenant, on
se contraint à un nombre de pages raisonnable
et c'est quelquefois juste : il se passe tant
d'évènements dans notre si agréable village !